Séminaire d’hiver – 08/02/2024 – Quelles communautés de pratiques pour les “basses technologies”?

Programme

Intervention de Marie-Pierre Escudié

Intervention d’Aurélien Béranger

Introduction du séminaire par Hugo Paris

Pour assister au séminaire

Jeudi 8 février à partir de 14h

En présence :

  • A Paris ->  l’UTC (62 Boulevard de Sébastopol, 2e étage, salle Barthes). Métro: Etienne Marcel ou Arts et métiers, Réaumur Sébastopol ou encore Châtelet-les-Halles). Inscriptions, code pour accéder au bâtiment : aurelien.beranger@utc.fr
  • A Lyon, à l’INSA (20 Av. Albert Einstein), Bibliothèque Marie Curie, RDC, salle 025. Contact : hugo.paris@insa-lyon.fr
  • A Brest, à l’ENSTA Bretagne (2 Rue François Verny) -> inscriptions : catherine.adam@ensta-bretagne.fr

A distance sur zoom : lien zoom vers le séminaire


Programme de la session d’hiver : Quelles communautés de pratiques pour les “basses technologies”?

Programme séminaire hiver 2023-2024 Jeudi 8 février 14h-18h Avec la participation d'Aurélien Béranger et de Marie-Pierre Escudié.


Marie-Pierre Escudié, Enseignante à l’INSA Lyon, chercheuse associée au laboratoire CITI, docteure en sciences politiques..

Communication : Quelles perspectives pour la low-tech ? Le cas d’un dispositif d’informatique frugale

Au sein de l’informatique, plusieurs mouvements s’inscrivent dans la perspective low-tech : frugalcomputing, permacomputing, collapsecomputing… L’émergence de ces communautés de développeur·ses et d’ingénieur.es comprend en effet la recherche d’une nouvelle orientation de la société au moyen de la redéfinition de notre relation au monde matériel (Mateus et Roussilhe, 2023).
Afin de situer plus finement ces processus, les deux axes de cette intervention seront : d’une part, de proposer une étude sociale d’un dispositif d’informatique frugale, nommé Collapse OS, au moyen du concept d’ingénierie hétérogène (Law, 1989) ; d’autre part, d’analyser un double questionnement éthique qui traverse l’activité d’une partie de cette communauté, à savoir « quelles sont les bonnes propriétés du dispositif et comment réfléchit-on à ces bonnes propriétés ? ».

Mots-clés : low-tech – informatique frugale – ingénierie hétérogène – éthique


Aurélien Béranger, doctorant en philosophie des sciences et des techniques, laboratoire COSTECH, Université de Technologie de Compiègne.

Communication : Ingénierie et place de l’expertise technique dans le mouvement low-tech  

Depuis une dizaine années, le mouvement low-tech se développe autour de contre-récits du progrès technique. Si la question écologique est structurante dans les discours et les pratiques, les idéaux d’appropriation, d’autonomie et d’accessibilité des technologies sont également centraux. La place prépondérante des ingénieur·es dans ce mouvement interroge, étant des représentant·es par excellence de l’expertise technique.
Cette présentation se propose d’explorer des pistes d’analyses de ce phénomène, en se basant sur une ethnographie au long cours sur ce mouvement et en prenant pour point d’ancrage les espaces investis et les activités privilégiées par les ingénieur·es.

Mots-clés : low-tech – expertise technique – ethnographie


Texte d’introduction du séminaire

par Hugo Paris

Un grand merci aux intervenants d’aujourd’hui qui ont bien voulu prendre de leur temps pour nous parler de leurs travaux en cours. Pour préparer ce séminaire, nous avons eu un certain nombre d’échanges en amont qui ont vraiment très stimulants et je sais donc que les discussions et les présentations d’aujourd’hui le seront aussi. Avant de donner la parole à nos intervenants, je souhaitais identifier quelques points de réflexion autour de ce sujet des low tech. 

Ce séminaire porte donc sur les “communautés de pratique des basses technologies”, c’est à-dire de ces nouvelles, ou du moins ces formes différentes d’ingénierie dont on peut observer le développement. Cela amène d’abord à se demander qui sont les praticiens de ces basses technologies et à qui sont-elles destinées ? Plus encore, quelles sont les valeurs, les objectifs mais aussi les formes de politique que ces artefacts low tech convoquent – pour paraphraser à peu près le célèbre article du philosophe américain Langdon Winner (Do Artifacts Have Politics?, 1980) ? Si c’est par opposition avec les “hautes technologies” (high tech) que les “basses technologies” se définissent nominalement, ce slogan percutant ne doit pas nous empêcher de nous interroger sur le caractère innovant des propositions technologiques low tech et sur la manière dont celles-ci réinventent, redécouvrent parfois ou s’inspirent de pratiques antérieures. Ainsi il est tout à fait fécond de mettre en dialogue les travaux contemporains de l’Atelier Paysan sur l’outillage agricole et les pratiques alternatives, aussi bien politiques que techniques, que documente l’historien François Jarrige (La ronde des bêtes. Le moteur animal et la fabrique de la modernité, La Découverte, 2023) pour les XIXe et XXe siècles à propos des résistances paysannes à la “modernisation” de leur travail .  

Pour tenter de définir un peu plus précisément les low tech, je suis parti du schéma proposé par Arthur Keller et Émilien Bournigal (reproduit sur Wikipedia) présentant les critères qu’ils donnent pour définir “toute démarche d’innovation low tech”. Ce schéma nous donne des premiers éléments de réponse sur les questions que je posais plus haut. Les neuf principes sont répartis selon trois piliers que sont la durabilité forte (sobriété, efficience et pérennité), la résilience collective (maintenabilité, accessibilité et autonomisation) et la transformation culturelle (empouvoirement, reliance, simplification). Je ne vais pas rentrer ici dans le détail de l’analyse de ces principes, mais il me semble qu’on peut en retenir la mise en chantier des notions de “culture technique” – dans un sens qui se veut émancipateur et accessible à tous – et plus particulièrement de “besoin”, avec les expressions de besoins essentiels, de besoins authentiques que les low tech chercheraient à remplir en opposition avec les besoins superflus et artificiels induits par nos sociétés capitalistes dites “de consommation”.  

Cette question des besoins se trouve en effet de plus en plus investie politiquement, par exemple au travers de la sécurité sociale de l’alimentation (https://securite-sociale-alimentation.org/), sur la planification écologique ou justement, les low tech. C’est sur cette question que je voudrais proposer quelques axes de réflexion pour nos discussions d’aujourd’hui. Je m’appuie en particulier ici sur un article du blog du chercheur Gautier Roussilhe (https://gauthierroussilhe.com/articles/les-besoins-essentiels-de-la-low-tech), publié en 2022, qui propose de discuter cette notion de “besoin essentiel”. L’article s’ouvre sur une critique de quelques modélisations des besoins, notamment à partir du modèle bien connu de la pyramide de Maslow. Mais la thèse principale de cet article consiste surtout à avancer que la notion de besoin n’est pas véritablement la question déterminante pour les low tech dans le contexte d’un pays riche comme la France. Dans la mesure où la plupart des besoins essentiels (se nourrir, se chauffer, se vêtir, se loger, se soigner…) sont déjà satisfaits par le réseau actuel d’infrastructures et de services, même si la condition de revenus se révèle très souvent discriminante pour une frange grandissante de la population. Roussilhe nous invite ainsi plutôt à lire la low tech en France comme avant tout définie par un milieu contraint – milieu contraint qui n’est pas donné par les nécessités des contextes – mais un milieu que les acteurs de la low tech vont construire, vont choisir en fonction de leur lecture propre, du monde présent et des enjeux des mondes à venir. De ce point de vue, le cas de CollapseOS, sur lequel reviendra notre première intervenante Marie-Pierre Escudié, est presque paradigmatique : “Si tout va s’effondrer, comment continuer à disposer d’informatique dans le monde ruiné qui restera ?” Le système d’exploitation proposé est ainsi une réponse à une hypothèse, un axiome inaugural à partir duquel la communauté de développeurs vont penser les besoins et les contraintes pour élaborer leur objet technologique. Donc, Roussilhe invite à poser la question de la low tech différemment, de façon plus collective et plus politique, c’est-à-dire de se demander ce qui nous serait “suffisant pour nous épanouir collectivement dans un monde écologiquement contraint”. Cette expression suppose bien évidemment la négociation de l’ensemble des termes utilisés, mais ouvre la voie à de nouvelles réflexions sur la manière dont les low tech peuvent participer de la redéfinition de la société. De quoi dépend notre épanouissement collectif ? Comment faire en sorte que cet épanouissement puisse être garanti de façon soutenable, eut égard aux impératifs écologiques ?  

Voilà sur cette petite introduction qui j’espère aura été de circonstance. Je vais donner la parole à Marie Pierre Escudié, qui est enseignante en humanités à l’INSA Lyon, chercheuse associée à l’équipe Phénix du laboratoire CITI (https://phenix.citi-lab.fr/), qui nous présentera le travail qu’elle mène sur un dispositif d’informatique frugal, dont j’ai touché quelques mots. Après un temps de discussion collective et une courte pause, la parole reviendra à Aurélien Béranger qui prépare une thèse au laboratoire COSTECH de l’UTC pour nous présenter ses travaux sur la notion d’expertise technique dans le mouvement low-tech et de la place qu’y occupent les ingénieurs. Je remercie à nouveau les intervenants et l’ensemble des participants qui nous ont rejoint aujourd’hui. 

 



Citer ce billet
Hugo Paris (2024, 14 janvier). Séminaire d’hiver – 08/02/2024 – Quelles communautés de pratiques pour les “basses technologies”? Études Pluridisciplinaires Sur l’Ingénierie. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vkz2

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search