Séminaire d’été – 04/06/2024 – Les ingénieur·e·s, l’État et la puissance publique

Argumentaire

Programme

Intervention de Harold Mazoyer

Intervention de Marie-Pierre Bourdages-Sylvain

Grand témoin : Cyril Cassagnaud

Pour assister au séminaire

 

Mardi 4 juin, à partir de 14h

En présence :

  • A Paris => à l’UTC (62 Boulevard de Sébastopol, 2e étage, salle Quarante). Métro: Étienne Marcel ou Arts et métiers, Réaumur Sébastopol ou encore Châtelet-les-Halles). Inscriptions, code pour accéder au bâtiment : aurelien.beranger@utc.fr
  • A Lyon => à l’INSA (20 Av. Albert Einstein), Bibliothèque Marie Curie, R+2, salle 219. Contact : hugo.paris@insa-lyon.fr
  • A Brest => à l’ENSTA Bretagne (2 Rue François Verny) -> inscriptions : catherine.adam@ensta-bretagne.fr

A distance sur zoom :

le lien est ICI : séminaire CIF 

ID de réunion : 977 4868 1531
Code secret : 1934

 


Argumentaire

par Antoine Bouzin

Le groupe socio-professionnel des ingénieurs français présente différentes singularités vis-à-vis des autres pays européens, et plus généralement occidentaux. D’abord au service du Roi et du royaume, puis de la Nation à partir de la révolution de 1789 (Vérin, 1993), les ingénieurs français sont donc d’abord des « ingénieurs d’État », autrement dit des fonctionnaires intégrés dans les Grands Corps techniques militaires (Génie, Artillerie, Génie maritime, etc.) et civils (Mines, Ponts et Chaussées, Génie rural, eaux et forêts, etc.). Les ingénieurs industriels, autodésignés « ingénieurs civils » en référence à leurs collègues anglo-saxons, apparaissent au milieu du XIXe siècle, notamment avec la création de l’École Centrale des Arts et Manufactures en 1829 (Shinn, 1978). On observe dès lors la confrontation entre deux représentations, associées à des valeurs, des normes et des pratiques distinctes, de l’identité professionnelle des ingénieurs en France.

Les ingénieurs qualifiés hier d’industriels ou civils – comprendre ici des ingénieurs non fonctionnaires – sont aujourd’hui largement dominants en nombre. La fonction publique semble avoir été peu à peu exclue des horizons professionnels désirables pour les ingénieurs, substituée notamment par le secteur privé – industrie, sociétés de conseil, bureaux d’étude, etc. L’attractivité de l’État et de la fonction publique semble aujourd’hui faire l’objet d’une réévaluation positive de la part d’une nouvelle génération d’ingénieurs, à titre individuel ou organisés en collectif. En effet, des organisations comme Le Lierre et Pour un réveil écologique défendent aujourd’hui l’importance du rôle et des possibilités offertes par l’action et les services publics, notamment en ce qui concerne la prise en charge des enjeux écologiques.

La place et le rapport des ingénieurs à l’égard de l’État et des pouvoirs publics suscitent ainsi un grand nombre d’interrogations. Observe-t-on des différences notables en termes d’identité et de pratiques professionnelles entre les ingénieurs des secteurs public et privé ? L’hégémonie du new public management a-t-il eu des conséquences sur les logiques professionnelles des ingénieurs ? Les ingénieurs travaillant dans le secteur administratif défendent-ils, ou revendiquent-ils, un rôle social et politique spécifique ? Dans quelle mesure les hiérarchies internes au corps des ingénieurs se répercutent-elles dans l’organisation de l’action publique ? La structuration nationale du groupe socio-professionnel des ingénieurs influe-t-elle sur les trajectoires des ingénieurs et leurs pratiques au sein du secteur public ? Observe-t-on des variations de ces trajectoires et de ces pratiques dans le temps ? De quelles catégories de savoir les ingénieurs du secteur public se saisissent-ils ?

 


Marie-Pierre BOURDAGES-SYLVAIN, professeure agrégée en gestion des ressources humaines à l’École des sciences de l’administration de l’Université TELUQ

Ses travaux s’inscrivent dans les champs de la sociologie du travail, des organisations et de la gestion. Les thématiques liées à l’organisation du travail et aux pratiques d’encadrement, aux nouvelles normes managériales et aux attitudes des travailleurs au regard de celles-ci constituent les principaux axes de ses recherches en cours. Elle porte un intérêt particulier aux dynamiques de transformation des professions dans le secteur public, ainsi qu’aux nouvelles formes d’engagement au travail.

Discussion animée par Antoine Bouzin

Communication : Service public et nouvelles formes de gouvernance : vers un nouveau rôle des ingénieurs d’Etat québécois ?

Les organisations publiques sont aujourd’hui façonnées par de nouvelles logiques institutionnelles, lesquelles induisent des attentes novatrices en termes d’efficacité, d’efficience et de productivité. Bien que les ingénieurs d’État soient directement concernés par ces nouvelles orientations qui transforment leurs milieux de travail, ils ont fait l’objet de peu d’attention dans la littérature académique. Dans le cadre de cette communication, nous nous intéresserons à l’impact des nouvelles formes de gouvernance tant sur les pratiques professionnelles que sur l’expérience de ces acteurs. Les ingénieurs d’État de la province de Québec, au Canada, constituent une population idéale pour étudier ces questions, puisqu’ils évoluent dans des milieux où se diffusent des pratiques et dispositifs associés à la nouvelle gestion publique. Nous nous intéressons à la façon dont les ingénieurs naviguent entre les différentes logiques institutionnelles, qu’elles soient de nature professionnelle, managériale ou politique, et aux éventuelles tensions susceptibles d’impacter leur rôle et leur identité professionnelle.

Harold MAZOYER, maître de conférences en science politique à Sciences Po Lyon, rattaché au laboratoire Triangle (UMR CNRS 5206)

Ses travaux portent sur les usages socio-politiques des savoirs économiques, sur les politiques de mobilité (notamment dans le domaine des transports en commun) et sur les réformes du secteur de l’enseignement supérieur et de la recherche (notamment les Initiatives d’excellence – Idex). 

Discussion animée par Marie-Pierre Escudié

Communication : Des ingénieurs aux “sommets de l’État” : les ingénieurs-économistes des transports entre administration et politique (1960-1968)

Comment un groupe d’ingénieurs parvient à inscrire durablement sa présence aux « sommets de l’État » (Birnbaum, 1994), à banaliser l’usage de ses outils cognitifs et à prendre la direction de certains services administratifs ?  Cette communication propose de nourrir la discussion à partir de l’étude d’un cas précis. Nous proposons de saisir les ressorts du processus d’institutionnalisation du rôle de l’« ingénieur-économiste » dans les services centraux du ministère des Transports entre 1960 et 1968. Le contexte est alors marqué par la promotion d’un nouveau modèle de l’ « excellence administrative » (Gaïti, 1998) et la valorisation de la « compétence économique » (Dulong, 1997) notamment par un groupe de hauts fonctionnaires planificateurs. On retrouve ici l’une des origines de la constitution d’une puissante bureaucratie de l’expertise économique au ministère des Transports. Mais nous verrons que les attentes des responsables politico-administratifs et les dispositions singulières des acteurs doivent également être prises en compte pour comprendre le succès de la figure de l’ « ingénieur-économiste » dans ce secteur. Appuyée sur une socio-histoire de l’action publique (Payre et Pollet, 2012) et une « sociologie des rôles » (Lagroye, Offerlé, 2010), cette communication sera nourrie par une quarantaine d’entretiens et des archives (notamment du ministère des Transports).


Grand Témoin

Cyril CASSAGNAUD, ingénieur en chef territorial, Directeur de l’accompagnement à la transition écologique et solidaire

Lebourg, G. (29/12/2023).

 

 

 

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Christelle Didier (30 avril 2024). Séminaire d’été – 04/06/2024 – Les ingénieur·e·s, l’État et la puissance publique. Études Pluridisciplinaires Sur l’Ingénierie. Consulté le 12 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/10s5y


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search